Jour 11 : Réveil matinal, Rupees et surfeurs

5h20 : Réveil. Nous sommes sur la côte est, autant en profiter pour essayer d’assister à un lever de soleil, non ?
Nous n’assisterons pas forcément au clou du spectacle (Arugam Bay, comme son nom l’indique, est une… baie, et le soleil se lève juste derrière une pointe), mais au moins nous aurons vu l’effervescence matinale du coin !
Notre cabana se situe directement face à la mer, mais elle n’est pas seule. En effet, nous nous trouvons dans une partie de la plage (comme 50% des hébergements) servant de jetée pour les pêcheurs.
A peine le soleil est-il sur le point de se lever que les pêcheurs sont donc amassés sur le sable, poussant leurs navires pour les mettre en mer.
Quelques surfeurs sont également déjà présents pour profiter des premières vagues… mais ils restent pour la plupart encore au fond de leur lit.

7h30 : Petit-déjeuner à l’hôtel (Anciennement Hillton, aujourd’hui Surf Resort), l’un des plus complets qu’il nous ait été proposé : Grande assiette de fruits, tartine margarine-confiture, fromage. Etrangement, il faut cependant prendre la boisson en complément !

9h30 : Nous partons à la plage, pour faire bronzette et nous baigner. Là, en marchant sur le sable, il semble que nos pieds pourraient bien prendre feu.
Ce n’est que le « début » de la matinée mais tout nous laisse penser qu’il est déjà 13h ou 14h.
Je pars à la mer tandis qu’Alexia fait la crêpe. Le courant est puissant, avec des vagues formant de beaux rouleaux, mais en tout cas, l’eau est bonne ! Comme d’habitude dans ce type de mer agîtée, être tout juste présent dans l’eau sans même nager permet de faire du sport :) .

13h00 : Après être repassé par notre chambre pour nous rincer sous la douche au fort jet… froid (tant mieux, pour une fois :) ), il est temps de partir en quête de Rupees.
En effet, comme dans la plupart des pays d’Asie, les paiements se font en liquide… mais la majorité des villes ne disposent pas d’un distributeur ! Cela fait donc quasiment une semaine que nous subsistons sur notre dernier retrait, et les fonds commencent à manquer !
Arugam Bay étant… mal équipé (aucune banque, aucune poste), nous devons nous rendre à Pottuvil, à 3+km.
Nous croisons sur la route de multiples Tuks-tuks, nous prenant sans doute pour des fous (à marcher sous un soleil de plomb, sans le moindre centre d’intérêt à moins de quelques kilomètres) mais voulant surtout nous extirper ces chers Rupees nous faisant peu à peu défaut.
Pas de ça chez nous ! Nous marcherons à l’aller puis au retour, avec suffisamment de Rupees pour au moins 4-5 jours, l’essentiel étant de tenir jusqu’à Galle, la prochaine « grande » ville de notre parcours.

15h30 : De retour au « Surf Resort », le temps se fait maintenant menaçant ! Une surprise dans cette partie du pays, clairement sortie de la saison des pluies. Ca tonne, ça gronde, mais nous ne verrons pas une goutte.

17h00 : Après avoir pris un verre à l’hôtel, nous nous promenons sur la plage, vers le « Point Break », idéal pour tout surfeur. Nous faisons alors face – comme c’était déjà le cas dans les rues – à tous les stéréotypes des surfeurs (grand, blond {ou teint en blond}, musclé, bronzé), bref nous reconnaissons facilement les imposteurs blancs, bruns, et aussi musclés qu’une crevette.

19h00 : Il nous semble que la nuit est déjà bien entamée, et pourtant, il n’est que 19h00… nous allons donc dîner.

20h30 : Je finis cet article, puis me rendrai au même cybercafé qu’hier afin de le publier (CA, C’EST FAIT !).

Demain, départ à 7h30, pour enchaîner à nouveau 3 bus et rejoindre le sud, connaissant actuellement des conditions météorologiques plus que médiocres (et ce normalement pour la semaine à venir…). Toutes vos prières à Dieu, Allah, Bouddha, Krishna ou toute autre divinité sont donc les bienvenues.

PS : Photos ajoutées pour le jour 10.
PS2 : Peut-être dernière mise à jour avant… quelques étapes de notre parcours. A très vite !

1 Commentaire

  1. P'pa & M'ma 8 septembre 2011 Répondre

    Merci pour les photos… Manifestement, leur qualité est à ceux qui se lèvent tôt.
    Quant à l’avenir… il est à Dieu (qui s’est levé le premier, et qui est donc unique, par nature, mais qui accepte les invocations sous tous les noms que les hommes veulent bien lui donner !)
    C’est bien volontiers que nous Lui demandons de veiller sur votre voyage dans la vie, et tout d’abord à Ceylan. Qui sait ? Peut-être voudra-t-il bien y mettre un peu de soleil, et donner de la pluie au Sahel ?
    A bientôt !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>