De Copa à La Paz (+ Chacaltaya et Vallée de la Lune)

Jeudi, après une dernière nuit agréable à Copacabana (chauffage et douche chaude avec pression, un délice :) ), nous prenons le bus en direction de La Paz, capitale (ou pas) de la Bolivie.

Le trajet de Copacabana à La Paz

Pour ça, nous prenons un bus de la compagnie TUR Bus, et c’est parti pour un trajet estimé à 3h30.

Le bus est assez… ancien, ou plutôt son entretien ne date pas d’hier. Nous occupons deux des 5 places du dernier rang, un peu serrés et la tête appuyée contre un tissu méritant un bon dépoussiérage !

Nous longeons le lac Titicaca une bonne partie du trajet et profitons de vues magnifiques, puis arrivons à un arrêt inévitable : la traversée du détroit de Tiquina !

Pour ça, pas le choix, nous descendons de notre navire roulant et après avoir payé les 2Bs de droit à la traversée, embarquons sur une navette.
Pendant ce temps, notre bus s’engage sur une barge ne semblant pas des plus stables mais ne manquant visiblement pas d’expérience !

Tout le monde et le bus a traversé et nous pouvons reprendre la route, pendant un peu plus d’une heure, à travers l’altiplano, avant de débouler au sein d’une forte animation : Ça y est, nous sommes à La Paz (pensons-nous naïvement).
En réalité, nous sommes à El Alto, une ville en plateau, peuplée de plus d’un million d’âmes et surplombant La Paz.

Nous remarquons vite notre erreur au détour d’un virage, alors que se présente devant nos yeux émerveillés (n’exagérons rien, nos yeux n’étaient que fortement impressionnés) une ville immense recouvrant la vallée de part en part et ne laissant imaginer aucune rue plate.

L’arrivée au terminal de bus et le trajet jusqu’à notre hôtel (Hotel Milton) en taxi ne feront que confirmer cet a priori.

Mais… c’est comment La Paz ?

Il y a quelques beaux monuments… mais l’esthétique n’est pas ce qui qualifierait au mieux la ville. Non, véritablement, l’intérêt d’y passer est de constater l’existence même de cette ville surprenante, bouillonnante, écrasante, et particulièrement sportive avec ses montées et descentes incessantes.

Nous nous y promenons un peu, passant dans les rues touristiques et leurs stocks massifs de vêtements (tant de la vrai-fausse-on-ne-sait-pas-trop laine en alpaca que du plus-que-manifestement faux de marques diverses et variées, les préférences semblant aller à The North Face et Columbia), devant le marché « des sorcières » et… leurs lamas bébés/fétus, puis vers la plaza mayor, avant de rentrer au bercail… où nous avions réservé notre journée du lendemain à Chacaltaya et à la Vallée de la Lune.

Chacaltaya

Nous avions envie d’en voir plus autour de La Paz et avions principalement le choix en une journée entre des ruines (je crois que nous en avons déjà vu quelques unes au Pérou) et un « package » altitude + curiosité géologique.

La journée « combo » a commencé par Chacaltaya, une ascension à plus de 5 300 mètres, nous permettant ainsi de battre notre record de 4 750m :) … mais cette fois-ci principalement en voiture.

Malheureusement, il y a eu une tempête de neige la veille et nous ne pourrons pas dépasser les 4 900m… tant pis, le cap des 5 000m sera pour une autre fois !

Sur le trajet, nous observons La Paz s’éloigner dans les profondeurs puis El Alto au-dessus d’elle, avant de nous enfoncer dans un territoire enneigé.
Arrivés en haut, une petite claque, surtout venteuse, les éléments se déchirant ici un peu et nous amenant quelques flocons de neiges, mais également visuelle, avec ce paysage désolé s’ouvrant devant nos yeux d’un côté, l’autre vue nous offrant un panorama sur El Alto/La Paz (nous voyons également un mini-bout de Titicaca, le climat n’aide malheureusement pas !).

Après une promenade… rafraîchissante, tout le monde remonte en voiture et nous repartons dans l’autre sens en direction de La Paz, la Vallée de la Lune se trouvant à l’opposé.

La Vallée de la Lune

Changement total de décor ! Sur le chemin tout d’abord, où nous passons devant les quartiers riches, hébergeant les dignitaires du pays et autres privilégiés de la contrée, puis sur place !

La Vallée de la Lune est une zone se trouvant à l’emplacement d’un (très) ancien lac, progressivement comblé à travers les (centaines de) millénaires par diverses roches et sédiments. Puis… l’érosion faisant son travail, le terrain est devenu particulièrement irrégulier, laissant sur place des milliers de pics et autres formes irrégulières.

Nous nous promenons une heure dans ce terrain surréaliste tout droit sorti de l’imagination de Dali… puis nous rentrons à La Paz.

Le soir, pas le temps de traîner : Nous reprenons un bus, direction Sucre… mais vous commencez à avoir l’habitude, ça sera pour un prochain article !

4 Commentaires

  1. PHB 25 juillet 2013 Répondre

    En bref, vous avez eu froid, mais finalement, vous avez eu la paix, avant de décrocher la lune. Donc tout va& bien !

    • Auteur
      Clement 27 juillet 2013 Répondre

      Pas mal vu ! En effet c’est à peu près ça !

  2. SC 26 juillet 2013 Répondre

    Pour les amoureux des maisons en bois, nous aimerions avoir les plans et les coordonnées du constructeur de la cabane lunaire qui nous plait bien.

    • Auteur
      Clement 27 juillet 2013 Répondre

      Zut on aurait du penser à vous !
      Au fait, vous avez choisi l’architecte ?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>