Santiago : Retour à la civilisation… européenne

Après l’originalité et le contraste de Valparaíso, place à l’ européenne Santiago. Nous y arrivons assez tard et nous rendons directement à notre auberge: Ventana d’El Sur.

Dimanche à Santiago : Musées, quartiers, apéro !

Le lendemain matin, dimanche donc, tout est fermé… Sauf les musées, qui y sont gratuits en ce jour sacré.
Nous nous dirigeons donc vers le centre ville, traversant des quartiers calmes (dimanche aidant) bien verts grâce à de nombreux parcs… tous équipés en appareils sportifs dignes du Club Med Gym ! D’ailleurs on remarque vite l’importance du sport dans cette ville, avec par exemple plusieurs rues bloquées, non pas de manière extraordinaire mais bien hebdomadaire !

Nous arrivons au musée des beaux arts où nous découvrons une exposition du photographe (détraqué) américain Joel-Peter Witkin, ainsi qu’une seconde retraçant 50 ans de rock au Chili : Amusant (et plus léger que Witkin!) Continuant la promenade, nous croisons quelques gratte-ciels (tout du moins après ces quelques semaines on pourrait les considérer comme tels!) avant d’arriver sur une grand et (assez) belle Plaza de Armas (dois-je répéter qu’elles manquent ici réellement de charme face aux pays voisins :) ).
Sur cette place, la cathédrale, des arcades remplies de snacks vendant completos (les hot-dogs chiliens) et Churrascos/Lomitos, mais aussi le Museo Historico Nacional, où nous deviendrons incollables (*cough* *cough*) sur l’histoire du Chili, de ses peuples indigènes (Mapuches et autres) au coup d’état de 1973, à travers peintures, maquettes, objets (et véhicules !) divers : Un beau musée, complet, dont j’ai malheureusement comme d’habitude presque tout oublié dès la sortie !

Place maintenant au quartier bohème de la ville : Bellavista. Bar, boîtes de nuit, magasins et… la maison de Pablo Neruda, résident le plus célèbre du quartier. C’est assez agréable, il y a plus de vie que dans les quartiers précédemment traversés (un dimanche d’autant plus !) et ce n’est pour autant pas l’affluence (et le volume sonore supposé) du soir, nous laissant profiter tranquillement du quartier et de ses jolis bâtiments !
A l’extrémité de ce quartier, le « Cerro San Cristobal » (Colline Saint Christophe pour les cancres hispanophobes), que nous ne pourrons malheureusement pas visiter : Le dimanche a ses avantages pour la tranquilité, mais c’est aussi un jour bondé pour les sorties familiales de ce type… et le funiculaire est donc pris d’assaut.
Nous aurions pu grimper à pieds en haut de ce lieu s’élevant à 860 mètres mais… il est déjà 16h, la montée prend au moins 1h30 nous dit-on (le parc de la colline ferme à 18h !) et…  un couple (très sympa) d’espagnols croisés sur l’île au pingouins (mais si rappelez-vous… cette belle journée !) s’y sont fait braquer… couteau en main, nous éviterons donc (qui pourrait vous faire voyager à travers le monde s’il nous arrivait quelque chose ?) !

Pour le soir, nous faisons quelques courses, de quoi faire un bon plat de pâtes et… une petite bouteille de vin. Nous optons pour un simple « Vino Blanco » des vignes San Pedro (un Gato Vino Blanco D.O. Valle Central)… à $1 390 (2€).

Nous nous posons à l’auberge et le vin fait parfaitement l’affaire :) .

Lundi : Vignoble, promenade dans la ville et… en route pour le sud !

Aujourd’hui, nous partons en visite d’un vignoble, c’est la région pour ! Notre choix se tournera vers les vignes Cousiño Macul pour leur proximité, et sur recommandation de notre hôte à l’auberge.

Le matin, avant la visite de 15h, nous nous promenons à nouveau en ville, montant cette fois dans le Cerro Santa Lucia, plus central que San Cristobal (et moins haut, la colline ne s’élève qu’à 630m), d’où nous avons une petite vue sur le centre.

Nous suivrons ensuite les indications du routard pour nous rendre chez  Cousiño Macul, et haïrons ce guide nullissime une fois de plus (je l’avais secrètement gardé pour moi jusqu’ici, vous êtes maintenant dans la confidence). Suivre les indications données… et devoir corriger les erreurs manifestes nous fera perdre du temps et de l’argent : Tant pis !

Malgré ce petit contre temps, nous arrivons à l’heure pour le début de la visite. Je vous passerai les détails, mais pour… $9 000 (13,2€) la prestations est vraiment plus que basique. Enfin, nous aurons 3 dégustations… ce qui est mieux que rien :) .

De retour en ville, nous repassons à l’auberge avant… de partir vers la gare routière, où – après avoir discuté rapidement dans un snack avec un serveur colombien comprenant plus ou moins le français après avoir travaillé à Panama (allez savoir…) – nous embarquons dans un bus TURBUS… direction… Pucón.

2 Commentaires

  1. GM & P'pa 26 août 2013 Répondre

    Le retour à la civilisation n’est pas vraiment enchanteur. On est cependant très heureux d’avoir de vos nouvelles et de regarder vos photos. Bonne poursuite vers la Patagonie !

    • Auteur
      Clement 29 août 2013 Répondre

      Oh mais nous avons vite retrouvé la campagne :) , comme vous pouvez le voir dans notre dernier article !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>