Taman Negara : La jungle malaisienne

Après le thé et la fraîcheur de Cameron Highlands, place à la chaleur de la jungle et à ses moustiques.

La téléportation n’existant cependant pas encore (vous qui me lisez, rappelez-vous que ces lignes n’ont été écrites qu’en 2013)

De Cameron Highlands au Taman Negara

Depuis Tanah Rata, il existe plusieurs solutions pour se rendre au Taman Negara (l’exotisme des langues étrangères cache bien souvent des déceptions, Taman Negara voulant simplement dire « Parc National »), voici les deux principales :

MODE DE TRANSPORT Bus + Bateau 100% Bus
TRAJET Aller en (mini)bus de Tanah Rata à Tumbeling Jetty, puis prendre un bateau (ou plutôt une barque) pour se rendre à Kuala Tahan (la « ville » la plus proche du parc). Aller en (mini)bus de Tanah Rata à Jerantut, puis bus pour se rendre à Kuala Tahan
TEMPS DE TRAJET 3h bus + 3h bateau 3h bus + 1h30 bus
BUDGET 55€ (mais 80€ en haute-saison – désolé, pas de détail sur les dates !) - Pas sûr… je crois que c’était pareil

Nous avons choisi l’option bateau. C’est le plus classique, c’est sympa, ça change, et… finalement ce n’est pas si inconfortable ! Mais c’est toujours bon de savoir pour les aquaphobes que la route reste une option ;) .

Bref je reviens à mes moutons !

Nous prenons le bus à 8h. Le beau-parleur (ils sont nombreux en Malaisie… comme souvent en Asie) nous a bien indiqué que « ce sont des minibus pour 12-13, mais je vous garantis qu’avec moi vous ne serez pas plus de 8-9, pour laisser de la place à vos bagages » : parfait.
Nous serons finalement 12,5 + le chauffeur. Tant pis :) .

Après deux bonnes heures de route, nous faisons une rapide pause toilettes et repartons, arrivant à Tumbeling Jetty une heure plus tard.
Là, il faut acheter les entrées au parc (1RM (0,23€) l’entrée… 5RM (1,15€) l’autorisation de prendre des photos : Alexia jouera le jeu et sera non-photographe !)
Nous sympathisons alors avec un couple franco-suisse, Alain et Laure-Anne, qui voyagent autour du monde avec leur fille de 2 ans et demi (Mayliss) ! Ils sont partis comme nous en Juin, avec un itinéraire assez… différent : Russie-Mongolie-Chine-Japon… Malaisie (si je me souviens bien :) ).
Un détail pouvant passer pour étrange mais que j’ai adoré : Depuis sa naissance, ils développent le bilinguisme de Mayliss ! Laure-Anne lui parle en Français… et Alain en Anglais (bien qu’ils soient tous deux 99% francophones). Et ça semble fonctionner, Mayliss répondant indifféremment en Anglais ou Français : chapeau :) !

Où en étais-je… ah oui, l’attente : nous profitons de l’arrêt pour faire une pause déjeuner, qui bien que dans un endroit perdu + touristique sera au tarif syndical de 4,5RM (1€) le plat.

Nous montons en suite à bord d’une longue barque, assis quasiment au niveau de l’eau (mais sur des coussins bien rembourrés :) !), et… avec un toit nous protégeant du soleil une bonne partie du trajet.
L’excitation ne dure pas éternellement et le temps se fait un peu sentir, mais bien moins que ce que nous pouvions redouter.

Nous arrivons à bon port à Kuala Tahan et, après un laïus commercial bien rôdé (nous avons effectué le trajet en bateau avec la compagnie HAN… qui exerce un quasi-monopole sur les activités liées au parc), nous nous rendons à notre auberge.

Pour l’hébergement (et bien que nous soyons en basse saison !) nous avons une nouvelle fois préféré réserver. En effet, après avoir consulté de nombreux avis en ligne, le choix sur place semblait être entre « pire » et « moins pire ». Enfin… Jusqu’à ce que nous trouvions la guesthouse « Delimah ». Ici pas de mention sur les punaises, la saleté, etc, mais bien des compliments sur l’inverse :) . Pas de site internet, réservation malgré tout plus que conseillée (il n’y a que 3 chambres), si vous passez par là appelez donc le 019-9965263.

La fin de journée est simple avec découverte de la (mini) ville, douche rafraîchissante, repas.

Canopée et rencontres dans la jungle

Pour notre unique journée au Taman Negara, nous avons choisi de faire deux classiques du parc : La marche dans la Canopée et
l’ascension (un bien grand mot :) ) du mont Bukit Teresek.

Nous nous dirigeons vers les rives du Sungai Tembeling (Sungai = Rivière en malais). En effet, le parc national se trouve juste de l’autre côté, à 1 minute (et également 1RM (0,23€)) en barque de Kuala Tahan.

La traversée effectuée, il faut traverser le resort ‘de luxe’ du coin – Mutiara Taman Negara – composé de nombreux bungalows, pour entamer la marche vers notre activité du jour.

Là, nous marchons, sur environ 1,7km, avec des indications tout aussi précises qu’à Tanah Rata ! Une portion de 5 minutes semble nous avoir fait parcourir 500m, puis 15 minutes plus tard le trajet nous n’avons visiblement pas avancé de plus de 100m !

Toujours est-il que cette marche est très simple, accessible à toute personne pouvant monter des marches, grâce à une passerelle en bois sur l’intégralité du trajet.

Arrivés à destination, nous attendons à peine 10 minutes et partons en promenade à travers les arbres. Nous enchainerons plusieurs passerelles, sur un total de 280m, soit la passerelle du parcours complet… malheureusement en réfection. Nous qui avions évité toutes les marches de ce type jusqu’à présent, celle-ci à 5RM (1,15€) vaut largement le coût/coup !

Il est temps ensuite d’enchaîner avec un peu plus d’1km de pure montée, en grande partie sur la passerelle aménagée (et donc des marches), le reste sur un chemin facile d’accès. Du sommet, une vue sur de nombreuses collines au loin… et l’occasion de se reposer un peu (la marche a beau être facile, il fait entre 30° et 40° :) ) !

Nous reprenons le même chemin pour descendre, avant de bifurquer pour suivre un panneau « Lubok Simpon », un endroit où nous pouvons visiblement nous baigner.
Encore une fois, les 1,5km se transforment facilement en 3km, mais nous laissant l’occasion d’une bonne promenade cette fois-ci sur un bon chemin de jungle ! C’est donc comme la marche de Cameron Highlands, mais sans glisser ni s’enfoncer dans la boue : parfait !
Le tout commencera parfaitement avec un serpent qui traversera le chemin devant mes yeux, à moins de 3 mètres ! Puis nous ne manquerons pas les nombreuses sangsues pointant le bout de leur tête à la recherche de chair fraîche (nous n’étions visiblement pas appétissants :( ), et… plus tard quelques porcs sauvages (je me trompe certainement d’espèce, les spécialistes corrigeront d’après la photo :) ).

Nous ne nagerons finalement pas (déjà quelques malais squattant notre piscine personnelle !) et prendrons le chemin du retour, la barque, et arrivons à l’auberge où nous nous mettrons vite au frais après une bonne douche !

Jeu local, déluge et direction Kuala Lumpur

Des jeux semblaient être à disposition et nous décidons de nous y essayer, avec un jeu s’appelant « $AIDINA », rien d’autre qu’une copie (plagiat ?) locale du MONOPOLY !

Nous ferons deux parties, dont je ne rappellerai pas l’issue pour éviter d’en pleurer…

Le soir, je pensais aller me connecter un peu pour publier un article… la connexion de l’auberge n’existant visiblement jamais en réalité.

C’était sans compter sur une bonne vieille pluie tropicale !

Nous n’étions pas encore allés chercher à manger quand ce déluge a débuté et nous partons ainsi sous une pluie plus-que-battante, marchant dans des rues-torrents avant de prendre à manger au plus proche : Aloy Fried Chicken. Pourquoi pas, nous mangeons en majorité indien depuis quelques jours, un petit poulet frit ne fera pas de mal :) .
Sur le chemin du retour, il pleut toujours autant, et nous faisons la connaissance d’un crapaud tentant de remonter la rue avec nous : sans succès. Il se fait renvoyer à son point d’origine 3 fois d’affilée avant que nous nous décidions à le guider vers un coin plus tranquille : MISSION ACCOMPLIE, nous avons sauvé un crapaud. Normal, entre cousins.

Après manger… la pluie semble avoir raison de l’électricité dans l’auberge… ou plutôt dans l’intégralité de la ville. Tant pis pour l’article, ça sera pour Kuala Lumpur :) .

Nous nous endormons à la bougie et sommes réveillés au retour de l’électricité à 6h20 par les lumières et la clim que nous n’avions pas éteintes.

Après un petit déjeuner efficace (quelques toasts, un oeuf et deux saucisses), direction le bus vers Kuala Lumpur.Nous aurions pu reprendre le bateau, mais une fois suffit :) .
Par contre, nous n’avons pas été malins et avons « réservé »… un bus à 25RM (5,8€) alors qu’il en existait en réalité un public à 7RM (1,64€). Ils partent tous les deux à 10h (il y en a même un à 7h à 7RM pour les matinaux !) en direction de Jerantut et même si le minibus privé va plus vite (1h10 contre 1h30), le résultat est le même avec un bus toutes les heures de Jerantut à KL. Pensez-y si vous passez par Kuala Tahan !

C’est parti pour ce trajet en minibus, sur des routes d’apparence plutôt bonne, si on omet les nombreux trous présents tout du long.

A Jerantut, nous prenons un billet pour le prochain bus en direction de Kuala Lumpur, 45 minutes plus tard (20RM, 4,7€).
Le bus partirait tout juste à l’heure et nous devrions mettre 3h.

Au bout de 2h… le bus semble ne plus pouvoir rouler ! Nous sommes arrêtés sur l’autoroute, juste après un péage, et le chauffeur arrête tous les bus passant par là, nous faisant monter dedans. Aucune idée des arrangements entre compagnies, mais au moins nous ne repayons rien (heureusement !).

Arrivée à KL avec environ 45 minutes de retard… à un terminal se situant à deux pas de notre Airbnb ! Seul problème : Nous avions prévu de recontacter notre hôte depuis Taman Negara pour prévoir notre arrivée ! Tant pis, nous marchons 3 minutes avant d’arriver au pied de l’immeuble et de décider que faire.

Après avoir cherché un réseau WiFi ouvert pendant 10 minutes dans le quartier en mode chasse au trésor, nous appelons notre hôte depuis une cabine téléphonique ! Elle est évidemment au travail… mais sera là d’ici 45 minutes. OUF.

6 Commentaires

  1. c ph b 2 novembre 2013 Répondre

    C’EST, AVEC ÉMOTION QUE NOUS AVONS REÇU CES PREUVES DE VIE DE LA GRENOUILLE. SON ÉTAT DE SANTÉ NOUS INQUIETE CEPENDANT. A VOIR SAUVÉ UN CRAPAUD (ou seulement l’affirmer) NE saurait vous exonérer des soins dus à la représentante de la Nation. Nous espérons donc avoir l’assurance d’une totale absence de malaises dans cette histoire ((c) myab)

    • Auteur
      Clement 6 novembre 2013 Répondre

      Comme vous le verrez, nous avons adopté un autre animal entre temps… tant pis si la Grenouille boude.

  2. Estelle 6 novembre 2013 Répondre

    Mayliss, j’adore ce prénom…
    Je suis contente d’apercevoir la grenouille même si, effectivement, ces photos prises de profil ou de loin ne sont pas totalement rassurantes !
    Estelle

    • Auteur
      Clement 6 novembre 2013 Répondre

      Etrange que ce prénom te plaise :) .
      Nous verrons ce que nous pouvons faire pour tous vous rassurer sur le sort de la Grenouille. Malheureusement elle ne sait pas vraiment se tenir… ne facilitant pas les photos :) .

  3. delphine 7 novembre 2013 Répondre

    Y’avait des sangsues ? J’ai tjs refusé d’aller là à cause de ces sales bêtes…. Oui je sais….

    • Auteur
      Clement 7 novembre 2013 Répondre

      Il y en avait oui.
      Nous n’avons fait qu’une petite partie (1h) hors du chemin humainement adapté :) . Nous en avons vu un peu.
      Mais… des aventuriers croisés sont un peu plus partis dans la jungle et… visiblement ils en avait jusqu’à 5-10 qui leur attaquaient les pieds à un instant T, en devant en enlever un bon paquet sur le trajet. Et bon appétit !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>