De Dunedin à Christchurch, du Sud au Nord

Wanaka – Dunedin

Après la pluie de Wanaka, nous reprenons la route, vers le sud-est du pays et la ville de Dunedin.
Nous quittons Wanaka sous le soleil et bien que le temps soit mitigé sur la route, elle n’en reste pas moins magnifique !

Le paysage est très valonné, les routes sinueuses, le paysage accidenté par du schiste sortant aléatoirement le long des collines… bref un plaisir tant pour le conducteur que pour la passagère !

Nous arrivons à Dunedin vers 16h, nous laissant tout juste le temps de nous promener dans cette ville aux nombreux restes victoriens. Il faut bien avouer que c’est la première ville où nous trouvons une telle complémentarité entre le moderne et l’historique… même si elle manque encore un peu de charme aux yeux d’Alexia !

Après cette promenade, nous partons à la rencontre de nos hôtes, un couple chinois ayant immigr& ici il y a 2 ans, dans les hauteurs de la ville (avec vue, cf photo).
Nous reprenons la route pour tenter de profiter du coucher de soleil depuis une colline surplombant Dunedin, mais plus nous nous élevons… moins nous voyons, finissant à une visibilité d’à peine quelques mètres au sommet.

Tant pis !

Pépite d’Or et Péninsule Otago

Le lendemain, notre programme inclut 2 destinations : la Pépite d’Or et la Péninsule Otago.
Le premier suite à une chaude recommandation de nos hôtes, et malgré un trajet allez-retour estimé à plus de 3h.

Sur la route, nous traversons des zones de brumes totales et des éclaircies plus encourageantes, mais ce sera malheureusement la brume qui l’emportera à notre destination finale :( , nous empêchant de profiter de la vue sur cette formation rocheuse apparemment incroyable.

Nous reprenons ensuite la route vers Dunedin, à côté de laquelle se trouve la péninsule Otago, une excroissance de la région, très vallonnée et constituée de plusieurs abers (parole de breton).

Là encore, nous serons quelque peu victimes de la brume, mais avec de plus grandes zones d’éclaircies, nous offrant un paysage irréel, la terre flottant sur les nuages :) .

Après quelques tours et détours, nous rentrons à la maison pour notre deuxième et dernière nuit Dunedienienne.

De Dunedin à Oamaru

La remontée vers le nord débute maintenant !

Tout commence à Dunedin où nous visitons le musée des colons, retraçant l’arrivée des néo-zélandais au pays des Kiwi, mais aussi et surtout les difficultés de la création de ce pays de zéro sur les terres Maoris (et en particulier dans « Mud Edin », cet Edinbourg du Pacifique, boueux et peu adapté à la construction d’une ville) et l’évolution de la société Kiwi à travers les décennies.
Encore une fois un musée très intéressant, gratuit… et accueillant plus de 1 000 visiteurs par jour (pas mal pour une ville au bout du monde !).

En sortant de la ville, nous nous arrêtons sur Baldwin Street, officiellement reconnue comme rue la plus pentue du monde ! Sur une partie de la route, il suffit en effet de marcher 2,69 mètres pour s’élever d’un mètres ! En moyenne sur cette rue, il en faudra 3,29. Bref, ça monte (ou descend, selon le point de vue !)

Après avoir quitté Dunedin, nous nous arrêtons aux « Boulders de Moeraki », ces rochers mystérieux, posés sur la plage, issus de formations au sein même des terres du bord de mer, révélées (et poussées vers la plage) à force d’érosion.

La route est assez courte ensuite vers Oamaru, un lieu clé pour observer les pingouins, dont une espèce particulièrement rare composée de 4 000 individus dans le monde : Les manchots aux yeux jaunes.
Nous allons à leur rencontre peu avant le coucher de soleil et assistons en effet au retour à la maison de l’un des leurs ! Malheureusement nous ne sommes pas équipés pour observer comme il se doit depuis les falaises, mais vous pourrez deviner l’animal sur une photo :) .

D’Oamaru à Christchurch

Après une nuit à Oamaru (cette fois-ci en Holiday Park Top10, comme à Fox Glacier), nous avons plusieurs options pour rejoindre Christchurch.
Le lac Tekapo nous a bien plu, ainsi que les canaux d’un bleu sublime alentours, et nous décidons donc de passer par les terres.

Le temps est bien plus menaçant que lors de notre précédent passage, mais la vue n’en reste pas moins agréable.

Nous arrivons à Christchurch vers 18h et nous dirigeons directement vers notre résidence pour ces deux dernières nuits néo-zélandaises : la maison de Laurence et Sharon, deux (très/trop? bavards) retraités du coin.

Après la première nuit, nous commençons par une balade dans la ville, grandement détruite par un tremblement de terre majeur en février 2011. J’ai du mal à reconnaître la ville où je suis passé il y a maintenant 8 ans : Cathédrale détruite, routes barrées, commerces fermés, bâtiments historiques en lente reconstruction, etc.

Nous finissons cette promenade par la visite (rapide) du musée du Canterbury (région du nord-est de l’île du sud), traitant en partie des maori, à travers leur mode de vie avant l’arrivée des colons.

Ensuite, nous nous rendons sur la Bank’s Peninsula, caractéristique par sa forme en ‘tourbillon’, ainsi que sa ville prétendument d’inspiration française : Akaroa.

La météo y est infecte, la pire depuis notre arrivée sur ces terres, sans doute un message pour nous pousser à partir ! Et en guise de ville ‘française’ (la péninsule a été vendue par les Maori à des français peu avant le traité rattachant la Nouvelle-Zélande au royaume britannique), nous devrons nous contenter de quelques noms de rues ‘rue jolie’, ‘rue lavaud’, quelques cafés, et une architecture… plus victorienne qu’haussmannienne :) !

Nous rentrons avant que la voiture ne soit totalement noyée dans les chemins boueux… passons notre dernière nuit Kiwi… et le lendemain matin nous dirigeons vers l’Aéroport.

Notre Hyundai Getz nous abandonnera, après très exactement 5 013km parcourus à ses côtés (ou plutôt en son sein) en 3 semaines de voyage. Ça fait du chemin !

Le vol partira sans encombre et… nous atterrirons quelques heures plus tard en Australie.

2 Commentaires

  1. jc 30 septembre 2013 Répondre

    Sympa comme article, et content de voir que t’as retrouvé ta muse (même si amha elle t’avait pas vraiment quitté…)
    J’ai un faible pour les cabanes sur pilotis, très réussies. La gare également.

  2. C & PH B 30 septembre 2013 Répondre

    Excellente rédaction comme d’habitude, et photos belles même dans la brume et les nuages. Seule question angoissante : nous craignons, ne voyant ni l’une ni les autres, que la grenouille soit morte après avoir mangé tous les kiwis de Nouvelle-Zélande. Voilà qui serait un triste sort symbolique pour notre pauvre pays. Détrompez nous, s’il vous plaît.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>