Arequipa : Trek Colca Canyon

Nous vous avions laissés à Arequipa, et après quelques jours de détente, il fallait bien nous remettre à l’action !

Pour ça, nous avons choisi de faire un trek dans le canyon de Colca.

Il est totalement possible d’effectuer ce trek sans guide (des bus se rendent au point de départ, des hébergements sont présents dans le canyon, etc), mais nous avons choisi de passer par une agence pour plusieurs raisons :

  • C’est toujours plus pratique d’être sûr du chemin… même quand il n’est pas considéré compliqué
  • Ca permet d’échanger avec d’autres marcheurs
  • Au cas où il se passe quelque chose…
  • Parce que même si c’est plus cher… y aller seul n’est pas donné non plus

Nous sommes passés par Pablo Tour, avec un trek de 2 jours / 1 nuit suivant le parcours dans le sens inverse de la « masse » de marcheurs : Plus de tranquillité :) . Il nous en aura coûté 370 soles chacun (104€), là où d’après nos calculs nous en aurions eu pour environ 260 à 270 soles (76€) par nous-mêmes. La tranquillité d’esprit, la bonne compagnie (espérions-nous :) )… et l’organisation nous auront donc coûté 28€.

Partons pour le canyon !

Après un réveil à 2h12, nous avons sauté dans notre minibus vers 3h20.
Nous quittons Arequipa vers 4h après avoir récupéré d’autres marcheurs à leur hôtel (si nous avions fait le trajet par nous-mêmes, nous aurions du, toujours à 3h, prendre un taxi vers la gare terrestre, sauter dans un bus que nous aurions réservé la veille en espérant avoir une place assise).
Trois heures plus tard, nous arrivons à Chivay, où nous attend un petit déjeuner complet, bienvenu avant la marche qui nous attend ! C’est également l’occasion de faire la connaissance de Danilo, un brésilien exilé à Miami depuis 7 ans. Nous serons 3 pour cette marche, guidés par Jonathan (à nouveau un nom très hispanique).
Encore deux heures de route et nous voici au « Mirador del condor », un point de vue nous permettant de nous dégourdir les jambes tout en admirant le balais des condors. Nous avions entendu parler d’une arnaque, nous aurons visiblement la chance de voir les dits condors… volant parfois à quelques mètres de nous.
Une petite vidéo (désolé pour la qualité, les connexions locales me permettent difficilement de faire mieux :) ) vous montrera une danse à deux… bonus à celui/celle qui reconnaîtra la chanson en fond.

La danse des condors

En avant pour la marche !

Nous commençons la marche à 10h dans la ville de Cabanaconde, à une altitude de 3 278m, avec pour objectif d’atteindre le midi Sangalle, une oasis au coeur du canyon, à 2 225m au dessus du niveau de la mer.
Le chemin n’est pas des plus agréables (pierres, sable, terre), mais nous apprécions le fait de faire le trajet dans ce sens afin de ne pas avoir à subir ce terrain miné de nuit (ou pire sous le cagnard) le lendemain !

Nous arrivons à Sangalle vers 12h30, où nous nous relaxerons pendant 2 petites heures, déjeuner (Alpaca au menu !) inclus.

De l’oasis aux « maisons d’hôte »

L’après-midi, il nous faut… remonter un peu (environ jusqu’à 2 700m) afin de prendre la route vers notre destination nocturne de San Juan de Chuccho, un petit village à flanc de canyon.
Sur la route, Jonathan continue de nous éduquer sur le canyon et sur la culture quéchua, avec (pour ne garder que le plus sérieux) cette plante (cf photos plus bas) baptisée « Cojon del diablo ». Malheureusement, vous nous connaissez, notre espagnol nous empêche de savoir ce que cela signifie :) !

Les paysages sont agréables, bien que moins variés qu’à Santa Cruz… mais la marche est également beaucoup plus simple que dans les hauteurs. La respiration est plus facile, et les dénivelés assez importants se laissent moins sentir.

Nous arrivons chez notre hôte vers 18h, peu avant la tombée de la nuit, et après 6 bonnes heures de marche.

Une nuit étoilée

Après un dîner typique  - dont une très bonne soupe, sans doute la meilleure depuis notre arrivée au Pérou – nous discutons un peu (Jonathan nous raconte très sérieusement des histoires d’esprits hantant les montagnes… parfait pour dormir) mais allons assez vite nous coucher : Nous reprenons la marche à 4h du matin !
Avant de dormir, nous profitons néanmoins du magnifique ciel étoile laissant clairement apercevoir la voie lactée.
Nous dormons dans une chambre à ne pas confondre avec un cachot (cf photo plus bas :) ), au lit très moelleux mais agréable, nous permettant en tout cas de trouver un repos nocturne !

La remontée

Un peu avant 4h nous nous réveillons et notre ponctualité (4h au rapport !) nous forcera à attendre un peu nos co-marcheurs :) . Nous décollerons, frontales sur le front (où d’autre), vers 4h30.

C’est parti pour 2h de marche dans le noir, longeant tant les canaux d’irrigation… que les précipices du canyon, garantissant à tout marcheur maladroit une chute de 200 bons mètres.

A 6h30, il fait jour et nous pouvons finir la montée (depuis 4h, nous sommes descendus de 2 500m à 2 200m puis remontés à environ 2 800m, il nous en reste donc 400 à gravir), en un peu moins d’1h30. Vu le temps pris pour des photos, des pauses, etc, notre cadence n’était finalement pas si mauvaise !

A Cabanaconde, un petit déjeuner gourmand et gourmet nous attend (merci à Danilo pour le « Gel Energy » à 4h du matin, sans quoi nous partions le ventre vide :) ), puis il est temps de reprendre le bus.

Le retour

Je vous passerai les détails, j’ai déjà bien trop écrit, mais le retour se caractérise des éléments suivants :

  • Arrêts points de vue
  • Arrêt « sommet » à 4 800m
  • Détente dans les bains thermaux (déjà 3 bains thermaux en moins de 3 semaines de voyage, un luxe :) )
  • Un minibus qui tombe quasiment en panne (nous avons faire 30 minutes de trajet à 20km/h, la boîte bloquant sur la deuxièmeà
  • Un déjeuner pas bon

A 18h, nous sommes de retour dans notre airbnb, satisfaits de ces deux journées passées en très bonne compagnie, avec juste assez de temps de prendre une douche avant de… repartir à 19h30 en taxi en direction de la gare routière d’Arequipa : Direction Cusco et la vallée sacrée.

Si c’était à refaire… je ne sais pas si nous prendrions l’option guide, l’itinéraire étant vraiment (relativement) clair… mais la rencontre tant de Danilo que de Jonathan font plutôt pencher la balance du côté guide !

3 Commentaires

  1. C & PH B 11 juillet 2013 Répondre

    If we can… we surely will !
    La réponse est « El Condor Pasa », immortel tube de Simon and Garfunkel. Toute notre jeunesse, c’est à dire l’Antiquité pour vous, gamins !
    A part ça, merci pour le récit toujours vivant et les photos, magnifiques ou pleines d’humanité (comme le cojon du diable ???)
    A plus tard pour la suite des aventures… et les photos de tatous (il paraît qu’il y en a dans l’accompagnement musical des condors)

  2. C & PH B 11 juillet 2013 Répondre

    Évidemment, l’original n’est pas mal non plus…
    http://www.youtube.com/watch?NR=1&feature=endscreen&v=GSwu8-ohoWs

  3. FP 15 juillet 2013 Répondre

    Moi je penche pour l’option avec guides, ils ont l’air d’apporter un plus à cette marche …

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>