Trek Santa Cruz : La beauté péruvienne se mérite

Avant notre arrivée à Huaraz, nous savions quelle activité principale nous voulions y mener : Le trek Santa Cruz. Et… nous n’avons pas été déçus ! Mais revenons un peu sur cette randonnée…

C’est quoi le trek Santa Cruz ?

  • 50km de marche en 4 jours (enfin vous verrez que nous l’avons finalement fait en 3, TROP FORTS)
  • 1 600m de dénivelé positif (3 150m à 4 750m) en 30h environ, puis 1 800m de dénivelé négatif  (4 750m à 2 900m) en 30h à nouveau
  • Une promenade de santé : nous ne portons que des « sacs de jour », les mules s’occupant du reste
  • L’un des grands classiques dans la cordillère blanche
  • Une beauté époustouflante avec des paysages (très) divers

Et concrètement, ça s’est bien passé ?

Jour 1

Le trek commence par une première douloureuse : Départ à 6h.
En effet, avant de commencer à marcher et bien que Huaraz soit le point de départ idéal, cinq heures de route seront nécessaires avant de commencer à marcher.
C’est l’occasion de rencontrer nos comparses de marche, et pour le coup – et à l’inverse de l’agence que nous avons choisie (Galaxia Expeditions - 320 soles pour le trek + 65 soles d’entrée au parc naturel de Huascaran – total de 106€) – nous avons de la chance : Nous ne serons que 4 ! En moyenne 7 à 10 randonneurs sont présents au départ. Ça sera donc plus facile de se suivre… et il y aura moins de rythmes différents avec lesquels s’accommoder.
Je disais donc, c’est l’occasion de présenter la dreamteam :
- Asaf, Israëlien de 23 ans, venant de terminer son « service militaire » (3 ans), finissant un tour d’Amérique Latine de 5 mois avant de commencer ses études
- Laurence, Française de 32 ans, en vacances ‘solo’ au Pérou avant de se marier en septembre
- Alexia
- Votre serviteur
… mais aussi nos chers guide et muletier :
- Abel, 26 ans, guide depuis 6 ans et… au caractère assez unique (et parlant anglais)
- Abel (oui, lui aussi), 25 ans, muletier, très réservé, particulièrement professionnel… (ne parlant qu’espagnol mais sachant parler à ses 3 mules)

Bref ! Le premier jour se passe assez bien, il s’agit simplement d’une marche de 3 petites heures. Alexia a quelques difficultés à respirer (il lui suffira de mâcher quelques feuilles de coca – le feuille à partir de laquelle est créée la cocaïne – pendant 20 minutes !)… et je sens déjà mes cuisses suite à notre marche sauvage de la veille, mais dans l’ensemble tout va bien !

Le soir, au camp (Paria) Abel² nous préparent un dîner, au gaz dans la tente, jonglant avec 3 cocottes/casseroles sur 2 feux, le tout pour nous mijoter une soupe et un plat au poulet. Autant dire que c’est aussi bon (voire meilleur) qu’au restaurant. Respect pour Abel² qui ne voient ce qu’ils font que grâce à leur frontale…

Dehors, le spectacle des étoiles est magnifique, grâce à un ciel totalement dégagé… et non pollué par les villes !

Jour 2

Après un sommeil plus que difficile (il faisait -5° et nous n’y étions visiblement pas prêts…), nous profitons d’un petit déjeuner à 6h pour nous mettre en forme… et nous en aurons besoin : Aujourd’hui nous devons atteindre le sommet de notre marche (Punta Union) à 4 750m en moins de 4 heures, avant de redescendre à 4 200 (Taullipampa) l’après-midi.
Autant le dire tout de suite : Ça ne sera pas une partie de plaisir ! Surtout pour moi à vrai dire !
Je sens que mon asthme (pourtant mineur…) ne fait pas copain-copain avec l’altitude et je respire donc beaucoup, je me fatigue, ça laisse moins de ressources aux muscles, et le cercle vicieux est lancé !
Nous arrivons malgré tout dans les temps au sommet, et se poser fait du bien !
Nous montons simplement quelques mètres de plus et je sens que l’air me manque vraiment… mais après quelques instants de respiration plus lente… tout va bien et nous pouvons repartir.

J’ai par contre le genou droit qui souffre un peu et Laurence se dévoue pour me prêter ses bâtons, qui aideront bien à amortir les chocs dans les 3 heures de descentes qui suivirent.

L’arrivée soulage ! Nous profitons alors d’un très beau coucher de soleil et dînons à nouveau dans la tente de groupe (vs les tentes 2 personnes pour la nuit).

Jour 3

Le réveil est plus facile ! Même si nous n’avons pas beaucoup dormi, nous n’avons pas eu froid malgré les -12° de la nuit ! Nous avions attaché nos sacs de couchage, la chaleur humaine a du faire le reste  !

Alors que Laurence, Asaf et Abel empruntent un itinéraire montant pour profiter d’un point de vue, mon genou (et… ma respiration plutôt moyenne) font qu’Alexia et moi partons pour une « simple » descente (quelques 20km dans la journée tout de même !).

Abel a proposé une alternative au trajet prévu : Nous faisons 2 journées en 1 (la dernière journée ne représente de toute façon que 2-3 heures de marche) mais… nous pourrons alors profiter de sources chaudes le dernier jour avant de rentrer à Huaraz !

Cette journée sera assez reposante, même si nous marcherons 8 heures (dont les deux dernières sur des descentes parfois périlleuses). Nous prendrons plusieurs pauses, profitant du beau temps et du cadre particulièrement paisible.

Le soir – et plutôt que d’attendre le lendemain – nous nous rendons aux sources chaudes… avec un ciel magnifiquement étoilé, malgré quelques nuages. Le trajet pour nous y rendre n’est cependant pas sans encombres… et je pense que c’est là que je me suis fait un bleu sous l’ongle d’un orteil… nous verrons si je devrai en faire le deuil (de l’ongle, pas de l’orteil – du moins j’espère !) bientôt.

Jour 4

Après un petit déjeuner sous le signe du pancake, nous reprenons la route et arrivons à bon port après 3 heures.
Une douche bien méritée (la toilette se résumant à l’usage d’une petite lingette pendant 4 jours) entame une après-midi de repos.
Le week-end ne sera pas beaucoup plus fatigant, mais… j’y reviendrai rapidement !

Ah, et la citation de ce trek reviendra à Abel (le guide) et sa finesse en Français :

« Coucou, c’est moi. Caca, c’est toi ».

6 Commentaires

  1. C & PH B 1 juillet 2013 Répondre

    Malgré les difficultés respiratoires hélas assez prévisibles et les bobos casse-pied vous êtes bien revenus : c’est l’essentiel et nous nous en réjouissons. Le médecin référent hors service ajoute que cette oxygénation devrait vous donner du tonus pour les jours qui viennent.
    Ces petits soucis ne vous ont pas empêchés de profiter non seulement de cet air « salubre » mais aussi des beautés de la nature. Merci de nous les faire partager avec un talent assuré : certaines photos sont magnifiques de relief et de couleurs, sans parler du cadrage. Malgré la différence de latitude, nous avons un peu retrouvé les Rocheuses de l’Alberta : il n’y a bien qu’une Amérique !
    Récupérez bien vos forces (et la MasterCard ?) et continuez à profiter.
    ¡Hasta la vista!

    • Auteur
      Clement 1 juillet 2013 Répondre

      Merci ! Nous sommes maintenant dans le bus pour… Lima… puis Arequipa dans le foulée, soit 25h de trajet (restent 21). Pas de nouvel article avant jeudi heure française donc :) .

  2. jc 1 juillet 2013 Répondre

    Super trek et très belles photos…Belle expérience que vous avez vécu là.

    Bon repos !

    • Auteur
      Clement 1 juillet 2013 Répondre

      Merci Jc, le repos se fait en 25 heures de bus en ce moment (vive le wifi sur la route :) ) et on verra pour la suite !

  3. Matthias 3 juillet 2013 Répondre

    Jolies photos l’ami.
    Alors Arequipa ?
    Profitez bien de votre périple !
    Bizz

    • Auteur
      Clement 3 juillet 2013 Répondre

      Merci !

      Nous découvrons tout juste Arequipa, l’article bientôt :) .

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>